Laurine Thizy

Les maisons vides

14 janvier 2022
Roman
272 pages
140 × 205 mm
18 €
9782823617368
978-2-8236-1736-8

collection « Littérature française »

																Laurine Thizy, Les maisons vides
																Laurine Thizy, Les maisons vides

Une entrée en littérature flamboyante : Les maisons vides révèle la voix, la sensibilité et le talent romanesque d’une jeune autrice de 30 ans.

Des premières heures balbutiantes à l’adolescence, de la prématurité à l’éclosion d’un corps de gymnaste puis de femme qui attire soudain le regard des hommes, on suit Gabrielle dans le chemin aussi chaotique qu’enivrant de la féminité. Avec une énergie prodigieuse, Gabrielle grandit, s’affranchit, lutte. Contre les chemins tout tracés de son milieu rural, contre ce qu’elle appelle ses « araignées », une toux puissante entravant sa respiration. Au-delà de Gabrielle, à travers sa voix, ce sont les destinées de toutes les femmes du roman, ce chœur des générations sacrifiées ou mal-aimées – l’arrière-grand-mère, la grand-mère, la mère – qui sont au centre des Maisons vides.

Avec ce premier roman à part, porté par une écriture où le panache s’allie à la délicatesse, Laurine Thizy s’impose comme une découverte prometteuse.

L’autrice

Née en 1991, Laurine Thizy fait montre d’un talent très précoce. En 2010, 2013 puis 2014, elle est sélectionnée pour le Prix du jeune écrivain, et publie plusieurs textes dans le recueil édité par Buchet-Chastel. En 2016 et 2017, elle écrit également pour la revue Pan (Éditions Magnani). Doctorante en sociologie, elle enseigne à l’Université de Lyon 2. Son premier roman Les maisons vides paraîtra en janvier 2022 aux Éditions de L’Olivier.

Points forts

Un livre sensible, féminin, qui peut être un « coup de cœur » de libraires.

Une écriture littéraire et accessible, qui peut plaire à un large public.

Titres similaires : certains romans de Julia Kerninon, les premiers romans de Cécile Coulon, M.H.-Lafon, etc. GFK entre 4 et 15 000 exemplaires.

Extraits

« Par une nuit aux étoiles claires, Gabrielle court à travers champ. Elle court, je crois, sans penser ni faiblir, court vers la ferme, la chambre, le lit, s’élance minuscule dans un labyrinthe de maïs, poussée par une urgence aiguë, par le besoin soudain de voir, d’être sûre. Gabrielle sait qu’il est trop tard – ses paumes meurtries le lui rappellent – pourtant elle court, de toute la vigueur de ses treize ans. »

14 janvier 2022
Roman
272 pages
140 × 205 mm
18 €
9782823617368
978-2-8236-1736-8

collection « Littérature française »