Eric Metzger

Les écailles de l’amer Léthé

4 mars 2022
Roman
200 pages
140 × 205 mm
17 €
9782823619072
978-2-8236-1907-2

collection « Littérature française »

Loufoque, drôle, plein d’esprit et de charme, Les écailles de l’amer Léthé est une ode à la littérature. Eric Metzger y partage son amour des mots et pose, derrière la facétie apparente, des questions profondes sur l’amour, la volonté, le sens de la vie.

C’est l’histoire d’un mec qui fait la lecture à son poisson rouge.
Un homme solitaire, qui fuit la compagnie des gens mais aime tout de même se glisser parmi les invités des mariages et des enterrements se déroulant dans l’église en bas de chez lui. Face à son psychologue avide d’histoires sur ses parents, il n’hésite pas à inventer des traumatismes dans son enfance. Il a du mal avec les prises de décision et les responsabilités, aussi se trouve-t-il bien embarrassé quand la vendeuse d’un rayon animalerie lui demande s’il veut repartir avec ce poisson Combattant qu’il observe depuis de longues minutes.
Baptisé Cookie dans un moment de panique, le poisson va bouleverser les habitudes du narrateur. Dans une tentative désespérée pour créer un lien avec l’animal, il commence à lui lire un poème de Baudelaire. Soudain, le poisson se fige, attentif. Une série de tests s’ensuit. Cookie n’apprécie pas les guides de voyage, ni les modes d’emploi. Seule la littérature le captive.

L’auteur

Né en 1984, Eric Metzger a les yeux bleus et est mal coiffé. Depuis quelques années, il a pris du recul sur sa vie médiatique et passe ses journées à boire du café, faire du vélo, lire, écrire, manger des cookies et déguster du bon vin. Les écailles de l’amer Léthé est son cinquième roman.

Points forts

Un récit au scénario léger et drôle pour parler de choses sérieuses : une manière ludique de s’initier à la littérature et à la philosophie.

Une pointe d’humour absurde que ne renieraient pas Jean-Paul Dubois ou Richard Brautigan.

4 mars 2022
Roman
200 pages
140 × 205 mm
17 €
9782823619072
978-2-8236-1907-2

collection « Littérature française »